Fonctionnement

Fonctionnement du système Amfa  


Des recherches ont montré que l'eau ordinaire a tendance à envelopper des particules
d'un ensemble de molécules d'eau légèrement enchaînées. Cet ensemble d'environ 100 molécules d'eau légèrement enchaînées empêche généralement la particule de se lier au calcaire dissous dans l'eau. C'est pourquoi le calcaire se dépose sur les parois des conduites et sur les éléments de chauffage.


Afin de dissoudre cet ensemble de molécules d'eau, l'Amfa4000® émet une fréquence qui crée une disharmonie dans la fréquence interne de la molécule d'eau,
ce qui a pour effet de libérer la particule.
La particule libérée devient de ce fait le centre naturel de liaison pour le calcaire,
permettant la formation de cristaux typiques en forme de lamelles rondes.

Pour arriver au stade où les particules se détachent des molécules d'eau,
permettant la formation de cristaux lamelliformes non liants, l'installation FAK doit remplir
des conditions très spécifiques. Un champ magnétique devrait être 100 millions de fois plus
fort pour obtenir l'effet souhaité sur les molécules d'eau.

Des recherches effectuées par le professeur Klaus J. Kronenberg de l'université Claremont en
Californie ont montré que ce n'est pas le champ magnétique en tant que tel, mais le rapport entre le degré d'action de plusieurs champs et la vitesse d'écoulement de l'eau par rapport à ces champs
qui est déterminant pour le traitement efficace du carbonate de calcium. Le graphique montre que
ces valeurs forment une courbe de résonance. La puissance des champs, la distance entre les champs
et la vitesse d'écoulement en m/s déterminent l'action.
Il a fallu de nombreuses recherches pour trouver les dispositions exactes des champs permettant d'obtenir le degré d'action souhaité. Ces dispositions ont été brevetées en 1984 aux Etats-Unis. La figure montre un graphique des fréquences pour une disposition de champs polarisés alternativement.

Post your comment

24Man